Trouvez vos futures vacances ! 27499 Locations

Retour

Evora: patrimoine mondial de l’Unesco

Evora est l’une des plus belles villes du Portugal et on la qualifie en outre de capitale de la gastronomie portugaise.

Vestige d'un temple romain © Myriam Thys Vestige d'un temple romain

Vous y trouverez en effet la plus grande concentration de restaurants au km² de tout le pays. Dans cette ville pleine charme, vous chercherez en vain un McDo. Le centre-ville enserré par ses remparts fait partie du patrimoine mondial de l’Unesco. J’y reste bouche baie, à flâner dans de petites ruelles entre des maisons peintes à la chaux et des patios couverts de céramiques. Les portes et fenêtres encadrées en jaune sont typiques de la ville. Les Romains y ont laissé un aqueduc de 18 km de long ainsi que leur monument le plus célébré ici, un temple datant du 2ème siècle avec 14 colonnes corinthiennes encore intactes. C’est un des must d’Evora.

 

Les églises : de raffinées à macabres

L’église privée appartenant au Palacio Cadaval est pour nous la plus ravissante de la ville. Elle est la propriété de la duchesse Cadaval que nous rencontrons sur place. Les murs sont intégralement couverts d’azulejos blancs/bleus qui représentent des scènes de la vie religieuse de la bourgade. Nous découvrons tout près le monastère de Loios remontant au 14ème siècle, qui a été transformé en hôtel, un exemple typique de pousada, ces hébergements portugais situés dans des demeures historiques. La Basilique Sé datant du 12ème siècle en gothique ancien est aussi un must. Les esprits macabres apprécieront la Chapelle des Os, une sorte d’ossuaire qui appartient à la superbe église Saint-François. L’intérieur en est revêtu de plus de 8.000 ossements émanant de 5.000 squelettes exhumés au 16ème siècle. A l’entrée, une inscription : nos os attendent les vôtres. Si en sortant vous voulez une ode à la vie, je vous conseille une dégustation de vin locaux, rendez-vous à la Praça do Giraldo qui est entourée d’arcades mauresques avec des bistrots sympas.

Chapelle construit avec de vrai os © Myriam Thys