Retour

5 sites touristiques wallons à éviter la nuit !

Les frissons, vous aimez ça ? Alors on a ce qu’il vous faut. Voici des endroits de Wallonie où, quand la nuit tombe, les ombres guettent. Âmes fragiles s’abstenir !

De jour comme de nuit !

WBT - Olivier Legardien

Soyons honnêtes : La Tour d’Eben-Ezer, elle nous fait déjà peur en journée. Bien que cette œuvre, située dans la commune de Bassenge, soit en réalité un hymne à la fraternité des peuples, elle effraye. Le bâtiment, haut de 33 mètres, est carré et, aux extrémités de ses tourelles, se dressent les chérubins de l’Apocalypse. Quand il fait sombre, ils ressemblent à s’y méprendre à des suppôts de Satan. C’est simple : on a l’impression qu’ils vont nous saisir dans leurs pattes griffues et nous dévorer tout cru. Une seule envie nous prend alors : fuir !

Le Diable en personne !

WBT - Bruno D'Alimonte

La Grotte Saint-Antoine à Crupet est un site particulier. Si à la lumière du jour elle ne présente rien d’effrayant, dans l’obscurité, elle hante les plus téméraires d’entre nous. Dans chaque anfractuosité de la roche, un personnage attend de vous surprendre. Parmi eux, le Diable ailé dont le visage torturé inspire l’horreur.  Cet endroit fut pourtant construit à la demande du curé de Crupet qui vouait un culte à Saint-Antoine de Padoue. Des scènes de la vie du saint ont ainsi été reconstituées à l’aide de statues en plâtres et en fonte. Et il nous semble qu’elles prennent vie une fois le soleil couché.

Ellezelles, capitale des êtres maléfiques !

Olivier Polet

Le Sentier de l’Etrange éveille déjà l’inquiétude en plein jour. Alors, à la nuit tombée, on ne vous raconte même pas. Loups-garous, lutins, sorcières et autres créatures attendent que vous vous aventuriez plus loin pour vous jeter un sort. C’est qu’à Ellezelles, il se passe des choses étranges. Tapis dans les bosquets ou planqués à l’orée d’un bois, les êtres maléfiques, faits de bronze, de béton, de fonte ou de bois, vous fixent de leurs yeux envoûtants.

150 ans de fantômes

WBT - SPRL Cernix-Pierre Pauquay

Et que dire du château de Reinhardstein, qui surplombe la vallée de la Warche ? Laissé à l’abandon pendant près de 150 ans, et voué à la démolition, il a sûrement dû abriter des familles entières de fantômes. Alors, si on se surprend à le trouver enchanteur en journée, on vous assure que quand retentit le cri de la chouette et que la brume l’enveloppe, il fait frissonner de peur. Et on met la main à couper que, même pendant l’orage, vous n’auriez pas envie d’y chercher refuge.

Entre les pierres de nos ancêtres

Se balader entre les mégalithes de Wéris est encore une jolie manière de se faire peur. Ces pierres de légende, érigées jadis par nos ancêtres, inspirent et font vagabonder notre imagination. Et si, finalement, elles étaient l’œuvre du Diable ou de nains cruels ? Quand le froid nous glace les os et qu’une nuit sans lune s’abat sur le site, on tremblote. Et, si la peur ne nous tétanise pas, on déguerpit au plus vite ! Notons encore qu’il faut avoir du souffle, car les menhirs et autres dolmens s’étirent sur 8 km de long et 300 de large. Un labyrinthe cauchemardesque les nuits de novembre.

D’autres idées de sorties pour un automne tout sauf monotone sur VISITWallonia.be/automne