Retour

Bertrix, prenez votre repas dans une véritable mine d’ardoises

Avec tout cet charbon en Wallonie, on oublie parfois qu’auparavant, il y avait aussi des mines d’ardoises, et ce, depuis le XIVe siècle.

© Myriam Thys

Le Domaine de La Morépire à Bertrix a ouvert ses portes en 1890.

 

Je suis accueillie par un ardoisier qui y a travaillé jusqu'à la fermeture en 1976. Les histoires qu’il raconte sont amusantes, mais parfois assez glaçantes. Il n’est pas évident de marcher sur les traces de ces Scailtons ardennais : les couloirs sont étroits, sombres, les ardoises sont empilées sur des mètres et des mètres de hauteur et il faut utiliser de petits escabeaux en bois pour remonter sur le dos des pierres pesant de 70 à 150 kilos.

 

En 1997, Yves Crul désirait faire de la mine un musée vivant. Au préalable, il a fallu pomper pas moins de 200.000 litres d’eau, car que la mine était complètement inondée. La visite est vraiment révélatrice, car elle me permet de réaliser combien cela a dû être difficile de descendre chaque jour dans les entrailles de la terre à 25 m, 45 m et même 60 m de profondeur. Même avec mon 1,71 m, impossible de pouvoir me tenir debout partout. Et pour encore accentuer l’expérience, rendez-vous dans ‘La Mine Gourmande’. Une promenade à travers la mine avec plusieurs arrêts où à chaque fois, dans une autre petite cavité souterraine, vous dégusterez un apéritif et une bonne soupe.

La Morépire © Myriam Thys

 

Et pour finir, après l’immersion dans la rude vie de ces courageux ouvriers, on vous servira des ‘canadas aux rousses’, le menu dominical typique des mineurs d’ardoises. Il se compose de pommes de terre et d’oignons frits avec trois types de viande d’Ardenne fumée, accompagnée d’une bière de mineur, La Morépire (pierre noire), créée spécialement pour cette mine. Après la remontée, vous recevez un morceau de tarte aux pommes et un pousse-café. Une chose est sûre, les portions des plats sont adaptées aux mineurs … J’espère dès lors que vous aurez un grand appétit !

Plus d'infos

Un repas de mineur © Myriam Thys