Peschici

Bovino

Un Borgho dont la longue histoire démarre en 323 apr. J.C

Bovino Bovino

A 35 km de Foggia, ville du Nord des Pouilles, Bovino est situé à l’intérieur des terres. Les paysages de collines m’annoncent déjà une région rurale agricole avec ses nombreux champs de blé, ses oliviers et toutes les vignes qui parsèment la route.
J’arrive à l’entrée du vieux village. Là, pas de doute, je suis directement plongée dans l’Italie profonde, avec ces gens fiers et chaleureux. En cette fin d’après-midi de novembre il n’y pas de touristes, j’en profite

 

Un petit peu d'histoire

Bovino est une petite ville qui se situe sur 3 collines. Elle possède un passé tumultueux : par 4 fois elle sera détruite et reconstruite. Sous le joug des Byzantins, les remparts voient le jour et la ville prospère à nouveau. Ce n’est que lors de sa 4ème reconstruction, que l’actuel château normand « Castel Ducale » est édifié sous le règne de Dragone de Hauteville. Dragone est le petit fils d’un prince normand du Cotentin, arrivé en tant que mercenaire en Italie afin de reconquérir la Sicile tombée aux mains des musulmans. De nombreuses familles nobles se succèdent à Bovino, faisant de ce Borgho l’un des plus beaux centres historiques italiens.

Ruelle de Bovino © E. H.

 

La co-cathédrale de Bovino : une église dans une cathédrale

En marchant vers le centre historique, les ruelles sont de plus en plus étroites. L’architecture du village est typique de ces bourgades reculées, construites en pierre du pays. Elles sont entourées de vastes étendues agricoles, un peu comme ces vieux villages français que l’on aime tant. Après une centaine de mètres, j’arrive sur la place principale. Là se dresse la co-cathédrale majestueuse. Surtout, rentrez-y. Vous vous rendrez vite compte que sa chapelle est en fait une église à part. Celle-ci fut bâtie juste à côté de la cathédrale et par la suite englobée à l’édifice principal pour ne former plus qu’un. Vous y trouverez les reliques de Saint Marc, patron de la communauté de Bovino.

Cathédrale de Bovino © E. H.

 

La Cantina, un restaurant à ne pas manquer

Un petit creux entre deux visites à Bovino ? Il est bientôt 14h30, direction un tout petit restaurant du nom de « La Cantina ». Cette auberge du village possède 5 tables tout au plus, pour une vingtaine de couverts. L’ambiance locale est assurée avec le chef aux fourneaux.
Je découvre avec plaisir une cuisine généreuse, savoureuse et très typée. Au menu, antipasti pour démarrer : petite pâte à pizza frite nature accompagnée d’un assortiment de fromages et jambons de pays. Succulent !
Pour suivre, le chef me fait découvrir sa cuisine très locale : haricots blancs et châtaignes, salade d’orange et fenouil, pâtes, viande du terroir, assortiments d’olives et l’incontournable mozzarella toute fraiche confectionnée devant moi. Pour finir en beauté, j’ai droit à un dessert à base de pâte brisée fourrée d’un flan à base de ricotta : délicieuse découverte ! Le tout bien entendu servi avec un excellent vin local.

 

Le château Ducale de Bovino

A Bovino, le « Castel Ducale » est le lieu le plus imposant. Construit sur un ancien rocher romain aux alentours de 1043 par Dragone, devenu Comte des Pouilles, sa particularité réside dans ses remparts qui le protègent non seulement des invasions externes mais également des habitants du village : les nobles à l’époque avaient également peur des rebellions villageoises. Après avoir profité de la vue du château, je me rends dans son musée, le « Museo Diocesano », où vous pourrez admirer de nombreuses peintures, objets de culte de l’époque et quelques reliques.
Insolite et inoubliable : si vous voulez vous réveiller en châtelain, n’hésitez pas, il est possible de séjourner au château. Celui-ci propose plusieurs chambres d’hôtes en location. Et bien entendu la visite du musée sera incluse dans votre séjour.

Chateau Ducale à Bovino

 

60 millions de plants d’oliviers autour de Bovino

A la fin de ma visite mon guide m'apprendra qu'il y a plus de 60.000.000 de plants d’oliviers autour de Bovino pour la pression de l’huile locale et les olives en apéro. Mais ce n’est pas tout, on y cultive également le blé dur pour la confection des pâtes ainsi que la vigne pour le raisin de table essentiellement, peu pour la production du vin.
A ne pas manquer également, la visite du « Museo Civico Carlo Gaetano Nicastro » qui regorge de pièces archéologiques découvertes dans la région et datant du Néolithique jusqu’au Moyen Age.

Vestige archéologique du musée Civico Carlo Gaetano Nicastro © E. H.

Profitez-en !

Barletta

Fiumara

àpd €656 / semaine

"