Retour

En Italie sur les traces de la reine Paola et de la Famille royale

La Toscane est le berceau de l’épouse d’Albert II, Rome sa ville de cœur. Arpentons-en les sites que le couple affectionne...

La Villa Claudia, maison de Forte dei Marmi ou? la petite princesse Paola est ne?e le 11 septembre 1937. Dans les premie?res anne?es de leur mariage, les princes de Lie?ge ont passe? de nombreuses vacances en famille dans la station balne?aire. © Isopix La Villa Claudia, maison de Forte dei Marmi ou? la petite princesse Paola est ne?e le 11 septembre 1937. Dans les premie?res anne?es de leur mariage, les princes de Lie?ge ont passe? de nombreuses vacances en famille dans la station balne?aire.

Elle était blonde comme les bés de Lom- bardie, fraiche comme l’eau d’un torrent qui ravine les Apennins, vive comme une biche des Abruzzes. Lorsque les Belges ont découvert la fiancée du prince Albert, Paola a ravivé leur flamme royaliste comme le soleil perce la grisaille du matin. Car elle était bien ce « rayon de soleil, le plus beau cadeau de l’Italie jamais offert à la Belgique », comme le déclara alors le roi Baudouin commentant les fiançailles de son jeune frère. Nous sommes alors en avril 1959. Le prince de Liège et sa « dolce Paola » se marient le 2 juillet suivant en la cathédrale Sainte-Gudule, comme on l’appelait à l’époque. Paola Ruffo di Calabria est alors âgée de 21 ans. Elle est née un 11 septembre 1937 à Forte dei Marmi, en Italie, un pays qu’elle parcourt en tous sens depuis des décennies. Partons ensemble sur les traces de la sixième reine des Belges.

Découvrir le voyage culturel et gastronomique Soir mag à Rome et en Toscane

 

FORTE DEI MARMI, LE SAINT-TROPEZ ITALIEN

La station balnéaire de Forte dei Marmi, dans la province de Lucques, en Toscane, est considérée comme « le Saint-Tropez italien ». Sur ses plages de sable fin bordées d’une eau azurée ont été tournées, en 1973, de nombreuses scènes du film «Péché véniel» de Salvatore Samperi, avec Laura Antonelli et Alessandro Momo, et de « Sapore di mare », de Carlo Vanzina, avec Virna Lisi et Christian de Sica. C’est là que chaque été, le prince Fulco Ruffo di Calabria et son épouse, la comtesse donna Luisa Maria Gazelli di Rossana e di San Sebastiano, ont coutume de séjourner. Ils louent, depuis des années, la confortable Villa Claudia, où les six enfants du couple ont trouvé un formidable terrain de jeu. C’est dans cette maison que la comtesse accouche de son septième et dernier enfant. La petite Paola pousse son premier cri à 14h45. Enfant, elle passera plusieurs étés dans cette maison, avant que son père ne fasse construire un ensemble de trois maisons dans une propriété qu’il a achetée à Ronchi, le village voisin. Il a dessiné lui-même les plans de sa vaste demeure en bord de mer (c’est la? qu’il décèdera d’ailleurs, à 62 ans, le 23 août 1946). Mais cette confortable villa établie sur la Riviera toscane n’est qu’une villégiature. La famille est résolument romaine, même si ses racines sont calabraises, comme le nom a? rallonge des Ruffo l’indique. Cette famille noble originaire de Naples est l’une des principales «maisons» aristocratiques d’Italie. Attestés dès le XIe siècle, ils font partie des « Sept sérénissimes grandes maisons du royaume de Naples» et ont donne? de nombreux militaires, hommes d’Etat et hommes d’Eglise au royaume napolitain ainsi qu’à l’Italie, dont pas moins de quatre cardinaux !

La Villa Claudia, maison de Forte dei Marmi ou? la petite princesse Paola est ne?e le 11 septembre 1937. © P. Nizet

 

ROME, LE BERCEAU FAMILIAL

A Rome, les Ruffo sont considérés comme une des familles patriciennes de la Ville éternelle. Issu de la branche principale des princes de Scilla, duc de Guardia Lombarda et comte de Sinopoli, le prince Fulco occupe lui-même des fonctions importantes. As de l’aviation au cours de la Première Guerre mondiale, il est sénateur sous le régime de Mussolini. La famille habite un vaste palais à la rue Jacopo Peri, dans le quartier de Pinciano (Q3/Municipio II). La demeure est sise non loin de la Villa Borghese et de ses vastes et fabuleux jardins, magnifique écrin où la jeune et blonde princesse a appris à monter à cheval sous les pins vénérables. Sa scolarité, Paola la poursuit chez les bonnes sœurs, fréquentant l’Istituto Villa Pacis, l’Istituto Sant’Angelo Merici (Via Salaria 111) et le Liceo Caterina Volpicelli, où elle termine ses études gréco-latines. Aujourd’hui encore, la reine Paola, dernière survivante de la fratrie, a conservé la demeure de famille. Elle y occupe très régulièrement un appartement avec son époux, le roi Albert. L’âge venant, nos anciens souverains aiment passer les mois d’hiver sous le climat clément de la Ville aux Sept Collines. La Reine conduit elle-même sa petite Fiat 500 qui se faufile partout dans Rome. Elle est fidèle à la marque depuis plus d’un demi-siècle !Ah Rome !

La reine Paola adore Rome. Elle y habite une partie de l’anne?e avec le roi Albert. Le couple occupe un vaste appartement dans la demeure familiale. © Bruno D'Alimonte

 

C’est en effet la ville où Albert, 24 ans, et Paola, 22 ans, se sont rencontrés, lors de réceptions données à l’occasion des cérémonies d’investiture du pape Jean XXIII. Ils se sont notamment parlé lors d’une réception donnée, dans les jardins de la villa Dora Pamphilij, par l’ambassadeur près le Saint-Siège, le 2 novembre 1958. Le prince Albert prolonge son séjour, transformé officiellement en voyage d’études, pour mieux courtiser la jolie jeune fille. Il séjourne dans l’appartement royal de la très belle résidence de l’ambassadeur, située sur les hauteurs de Rome, à la via Giuseppe de Notaris 6, de l’autre côté du parc de la villa Borghese. Frappés sur place par un authentique coup de foudre, les deux jeunes gens espèrent s’y marier. Le pape Jean XXIII, qui les a réunis indirectement par son investiture, est enchanté de cette union, dont il souhaite célébrer lui-même la cérémonie religieuse au Vatican. Malheureusement, en Belgique, cette annonce ne fait pas le bonheur du monde poli- tique qui décrète qu’appliquer cette pro- position papale serait anticonstitutionnel. Le prince de Liège est « condamné » à épouser sa belle en Belgique. Être le frère du Roi implique des droits mais aussi de lourds devoirs. Le couple princier, qui deviendra royal en 1993, conserve cependant les liens les plus étroits avec le Vatican, au point de se rendre auprès de chaque nouveau Pape en audience privée. Fidèles à leur habitude instaurée avec Jean XXIII, Albert et Paola ont même assisté à la messe d’inauguration du pontificat de plusieurs papes, dont Benoît XVI et François.

Basilique Saint-Pierre à Rome

 

SANTA-MARIA DI TRASTEVERE

L’amour d’Albert et Paola pour « Caput Mundi » (la capitale du monde romain antique) a sans doute inspiré leur premier petit-fils. Le prince Amedeo (fils d’Astrid et Lorenz) n’a pas choisi d’épouser Elisabetta Rosboch von Wolkenstein le 5 juillet 2014 en la basilique Santa-Maria di Trastevere, cœur du vivant et branché quartier romain, pour rien... Toute la famille était réunie pour l’occasion, à l’exception de la reine Fabiola, alors déjà très affaiblie et qui allait décéder quelques mois plus tard.

Le coeur de Santa-Maria di Trastevere

 

DE LUCQUES A PISE

Si elle adore Rome, la reine Paola conserve une affection particulière pour la Toscane et ses merveilleuses cités de Florence et Sienne qu’elle connaît par cœur, mais aussi la ville de Lucques où Albert et Paola ont leurs habitudes, notamment gastronomiques. En 2014, ils ont encore pratiqué le vélo sur la Riviera, paradis pour les cyclistes, à l’occasion de l’inauguration d’une expo à Forte dei Marmi, dont la reine, enfant du pays, était invitée d’honneur. « Tino » et « Lita » ont transmis le virus toscan à leurs descendants. Encore prince, on a pu apercevoir Philippe voyager «incognito » à Pise. Mais le roi Philippe et la reine Mathilde ont encore récemment emmené les quatre petits princes dans la région de Florence, à Vinci et à Anchiano, où se trouvent le musée et la maison natale du plus grand génie de tous les temps, Léonard de Vinci. Et tous, d’Albert à Laurent, au sein de la Famille royale, apprécient par-dessus tout la fabuleuse cuisine italienne. Particulièrement les pâtes, qu’ils dégustent à toutes les sauces... Pierre De Vuyst

Vue sur Lucques