Retour

L’Extrémadure et ses trois villes classées UNESCO

Comme son nom l’indique, ce territoire espagnol bordé par le Portugal sur son versant occidental désigne des terres éloignées, loin des côtes maritimes. Cet isolement géographique lui a permis de préserver un héritage architectural qui lui a valu de gagner trois classifications au Patrimoine de l’Humanité : la ville romaine de Mérida, la vieille ville de Cáceres et Guadalupe avec son monastère.

Merida, théâtre antique romain JackF

Mérida, la romaine

Ancienne capitale de la province de Lusitanie, Mérida vit encore à l’heure romaine avec ses sites éparpillés dans la ville, intégrés au quotidien des habitants qui passent sous l’arc de Trajan ou se reposent au pied du temple de Diane. Le pont romain de 800 mètres offre une longue promenade qui enjambe le Guadiana. Mais le joyau architectural du 1er siècle avant notre ère est le théâtre qui jouxte l’amphithéâtre. Mis à jour par les archéologues en 1910, l’ensemble du site a dévoilé une rare conservation des éléments qui le composaient.

Caceres, monasterio de Santa Maria de Guadalupe Osadio

Cáceres, la médiévale

Le centre monumental de Cáceres abrite derrière ses murailles un monde secret de places, d’églises et de maisons seigneuriales qui racontent la grandeur de l’Espagne d’autrefois. De nombreuses demeures évoquent l’histoire de ces rudes hidalgos en quête d’aventures et de fortunes qui ont conquis le Nouveau Monde.

La rivière Guadalupe Cbruzos

Guadalupe, la chrétienne

Le monastère royal de Santa Maria de Guadalupe rappelle combien la statue de la Vierge noire miraculeuse de Guadalupe a su forger l’unité nationale dans le Nouveau Monde jusqu’à devenir la patronne de tout le continent latino-américain. Rien d’étonnant quand on sait que les grands conquistadors sont tous originaires d’Extrémadure : Pizarro, Orellana, Cortés, Nuñez de Balboa et Hernando de Soto. Les environs et la rivière qui porte le nom de la ville sont de toute beauté.

Arrière du palais épiscopal et muraille de Plasencia Tanaonte

Plasencia, « pour le plaisir des hommes et de Dieu »

Etablie sur une colline, cette cité monumentale voulue comme telle par Alphonse VIII au 12ème siècle mérité son nom. Témoin de la cohabitation des trois cultures, maure, juive et chrétienne, la vieille ville s’anime avec son marché des saveurs à deux pas de la cathédrale unique en son genre. Elle réunit deux édifices d’époques et de styles différents, un rare ensemble romano-gothique.