Retour

La Guadeloupe, c’est la France sous les tropiques

Une partie de boules sur la plage, une baguette et des croissants frais pour le petit déjeuner, des supermarchés français où l’on paie en euros, mais le tout au niveau de l’équateur.

Car, oui, tout comme la Martinique, la Guadeloupe fait partie des territoires français d’outre-mer. Le Français est donc la langue officielle, mais on y parle également le créole, une langue qui, tout comme ceux qui la parlent, mélange les influences africaines et européennes. L’accent chantant des Créoles se marie à merveille avec cette terre colorée, qui fut nommée à l’origine par les indiens « Karukera » ou « l’îles aux belles eaux ». Un nom qui lui va bien, car la mer des Caraïbes est bien sûr l’attraction principale, avec ses 50 nuances de bleu et ses récifs coraliens majestueux.

 

L’île papillon

Vue du ciel, la Guadeloupe ressemble fort à un papillon, dont les deux ailes sont la Basse et la Grande Terre. Un pont traverse l’étroit canal qui les sépare. Pointe-à-Pitre, la capitale de la Grande Terre, se situe au milieu. Les noms sont assez déroutants, car la Basse terre est tout sauf plate, tandis que la Grande Terre est la plus petite des deux... À elles deux, ces terres forment la plus grande des 27 îles qui composent l’archipel. Seuls 5 de ces îles sont habitées, dont la merveilleuse Marie-Galante ou encore les merveilleuses Saintes. Une destination idéale pour qui aime sauter d’îles en îles.

Les îles des Saintes

 

Basse Terre en vert

La Basse Terre est montagneuse et recouverte essentiellement de forêt tropicale. La nature y est luxuriante, avec de superbes cascades, comme les « Chutes du Carbet » et la « Cascade aux Ecrevisses », où vous pouvez vous baigner. Le volcan de la « Soufrière » domine cette verdure tropicale et son ascension vaut franchement la peine. Après l’effort, vous profiterez d’une magnifique vue sur le parc national, qui abrite non seulement une multitude d’oiseaux tropicaux, mais aussi des iguanes, des ratons laveurs et des mangoustes. La flore est également spectaculaire, avec ses fougères géantes et ses philodendrons aux énormes feuilles, que les locaux appellent « oreilles d’éléphant ».

La forêt tropicale

 

Le parc national, sur et sous l’eau

Pour passer d’une aile du papillon à l’autre, vous devez prendre la « Route de la Traversée », qui serpente le long des champs de canne à sucre et mène au parc national de Basse Terre. Depuis la « Maison de la Forêt » partent environ 300 kilomètres de sentiers de balade. Une partie du parc national est sous eau. La Réserve marine Cousteau tire son nom de l’océanographe et cinéaste français qui a assuré la protection et la conservation des plus beaux sites de plongée de l’île. Cet espace sous-marin de 400 hectares est l’un des plus beaux « spots » de plongée des Caraïbes. On y trouve de magnifiques coraux, des poissons tropicaux, des tortues géantes et même avec un peu de chances des baleines. Les plus belles plages du coin se nomment la Grande Anse à Deshaies et La plage de la Perle.

La tortue des Caraïbes

 

Grande Terre, un petit paradis

La Grande Terre est la partie la plus touristique de la Guadeloupe. L’activité principale sur place est le farniente... On y vient pour profiter des plages paradisiaques. Les plus belles se situent dans le sud, entre Le Gosier et Saint-François, où la côte est protégée par un récif coralien et l’eau est calme et limpide. La Plage de Bois Jolan, à Sainte-Anne, est également très populaire, avec ses étendues de sable blanc et ses nombreux palmiers. Le décor est similaire sur la plage de l’Anse du Souffleur, très appréciée des amateurs de plongée. Vous pouvez également monter à bord d’un bateau ou d’un catamaran pour découvrir les baies environnantes et les nombreux lagons.

Grande Terre

 

Pointe-à-Pitre et le sublime Mémorial ACTe

La plus grande ville de l’île mérite le détour, ne fût-ce que pour visiter ses marchés. La plupart des vendeurs sont habillés de façon traditionnelle. C’est l’endroit idéal pour dénicher épices, fruits, divers souvenirs et toutes les sortes de rhums. Le port vaut aussi le déplacement, avec ses maisons coloniales et son marché au poisson. Et si vous voulez prendre un café ou un ti’punch, la Place de la Victoire est le lieu idéal. Autre raison principale de se rendre à Pointe-à-Pitre : le nouveau musée des esclaves, le Memorial ACTe. Son architecture est sublime, de même que sa conception générale, de la musique aux films, en passant par les nombreux témoignages historiques.

La population créole locale © Myriam Thys

 

La cuisine créole

La Guadeloupe, c’est aussi des plats épicés et une grande variété de rhums. Ajoutez à cela le rythme exaltant de la musique traditionnelle Gwo Ka, l’ambiance caribéenne et vous obtenez la recette du bonheur. Tout comme en Martinique, vous trouverez aussi ici des champs de canne à sucre à perte de vue. On vous conseille également de visiter une distillerie de rhum. Quant à la cuisine locale, elle mélange le savoir-faire français et les influences africaines et indiennes. Mais elle est avant tout typiquement créole, tout comme le reste de l’île, d’ailleurs…