La Route des Briques du Rupel : pédaler à travers les siècles

Baksteenroute, vieille cheminée et le train qui transportait les briques au vieux fourneau © Myriam Thys Baksteenroute, vieille cheminée et le train qui transportait les briques au vieux fourneau

En plus des zones vertes qui longent le Rupel et dans un tout autre genre, il y a la Baksteenroute (Route des Briques), un parcours cycliste de 39 kilomètres qui débute à Boom, au « Velodroom » (musée du vélo). Cet itinéraire vous emmène à la découverte de tous les hauts-lieux de la région du Rupel. Vous roulerez sur la digue du Rupel, traverserez les villages de briquetiers, avant d’arriver sur des chemins plus ruraux via la digue de l’Escaut.

 

Château de Cleydael

Le paysage est en constante évolution : on passe des petites maisons d’ouvriers briquetiers à la grandeur de l’Abbaye de Saint-Bernard-sur-l'Escaut et du château de Cleydael. Magique. Mais c’est bien sûr le Rupel en lui même qui est l’attraction principale de cette route. Depuis le vieux moulin à eau de Reet, on aperçoit le « Drie Rivierenpunt » de Rumst, une fourche formée par le confluent de la Dyle et de la Nèthe, qui se rejoignent pour former le Rupel.

Château de Cleydael © Myriam Thys

 

6 siècles d’extraction d’argile en Flandre

Nouveau plongeon dans le passé lorsque l’on arrive à vélo à Noeveren, l’un des villages qui a joué un grand rôle dans le passé glorieux des briqueteries de la région du Rupel. Bien que les fabriques soient fermées depuis 1981, le patrimoine industriel reste impressionnant. Les anciens fours et cheminées forment un décor unique. J’en ai profité pour visiter deux musées (“’t Geleeg” et “EMABB”) tout en jetant un œil à l’intérieur des vieux fours et des minuscules maisons ouvrières de l’époque. Comme si toute l’industrie de la région reprenait vie...

Baksteenroute un ancien four circulaire © Myriam Thys

 

Pour digérer cette tranche d’histoire, rendez-vous dans le restaurant populaire « In de Root », pour y déguster une portion de vol au vent ou une « schep » (carbonnade) accompagnée d’une bonne bière.

Baksteenroute, dans une des maisons typiques de Noeveren © Myriam Thys