Retour

L’arrière-pays de la Chalcidique, les villes et les sites historiques intéressants

Si l’envie de voir du pays se fait pressante, rien de tel que de se rendre à Thessalonique à l’ouest ou à Kavala à l’est. Au pied de leurs collines qui dominent la mer, ces villes portuaires se découvrent et offrent également quelques sites archéologiques remarquables à découvrir : Vergina et Philippes.

Le tombeau de Galère

Thessalonique

Si en visitant la Chalcidique, vous avez l’envie d’un bain de foule, d’une ville tumultueuse avec ses marchés et son shopping… Alors, direction la deuxième ville de Grèce : Thessalonique (un million d’habitants). Cette Barcelone hellénique vaut absolument la découverte. Avec ses ambiances multiculturelles le long de la promenade maritime, elle se visite au cœur de ses marchés et dans ses quartiers populaires. Au hasard de ses ruelles et de ses placettes, autour de ses grands boulevards, dans ses marchés (Modiano et Kapani), on apprécie ses senteurs et ses délices. Plein de bonnes surprises déjà orientales vous y attendent. Des sourires et des « kalimera ! » partout, des tables avenantes et des petits prix ! Ajoutons quelques églises byzantines et des grands musées (archéologique, de la culture byzantine, ethnographique, d’art contemporain, du cinéma). Et puis, sur le front de mer, l’emblème de la ville : le monument aux parapluies.

Tout près, la Tour blanche est le souvenir d’un fort édifié par Soliman le Magnifique. Puis voici l’arc de Galerius qui illustre la lutte des Perses et des Sassanides. Quant à la « Rotonde », elle fut temple grec, puis église chrétienne vers 411 sous le règne de l’empereur romain Constantin, puis mosquée ottomane en 1590 puis à nouveau église Saint-Georges en 1912. Les hauteurs de la ville sont couronnées par la citadelle. Mais avant, à Ano Poli, les maisons habillées de bois avec leurs balcons et terrasses s’accrochent aux ruelles pentues et escarpées. Après le coucher de soleil depuis la tour Trigoniou, direction le bas de la ville et les cafés des places Navarinou et Aristotelous. Ou le bord de mer : rues Ladidika, Nikis, d’Athoonos. Ambiance garantie. Il est vrai que la ville compte cent mille étudiants.

Lire notre reportage complet sur Thessalonique

La Tour Blanche en bord de mer

Vergina à l’ouest, Philippes à l’est

A 80 km à l’ouest de Thessalonique, au cœur d’une campagne verdoyante, se trouve le site de Vergina (Aigai ou Aigeai). Ce lieu (patrimoine UNESCO) fut la première capitale des Macédoniens. Ces grands conquérants ont eu plusieurs rois prestigieux dont Philippe de Macédoine et Alexandre le Grand dont les tombeaux se trouvent sous un tumulus (colline de terre et sépulture). On y admire également des œuvres d’art, des armes, des objets et des bijoux présentés dans ce musée souterrain ultramoderne caché en pleine nature. A quelques kilomètres de là, sur les hauteurs de la vallée escarpée du Haliacmon, la plus longue rivière de Grèce et ses 297 km, le monastère Moni Timiou Prodromou offre ses vues sur les falaises. L’endroit respire le calme et le silence.

Tombe royale à Vergina

Le site de Philippes

Si vous aimez les ruines, n’hésitez pas à découvrir le site de Philippes ! Non loin de la ville de Kavala, au nord-est de la Chalcidique, cette ville antique fut fondée par le roi de Macédoine Philippe II en 356 avant notre ère. Les lieux virent se dérouler la célèbre bataille de Philippes et les prédications de Saint Paul. Ce dernier y fonda la première église chrétienne d’Europe. Les lieux devinrent colonie romaine sur la via Egnatia qui mène à Byzance. Les lieux en ruines offrent des colonnes, des thermes, des théâtres, des basiliques… Sur la route vers Philippes se trouve également un autre site passionnant, Amphipolis, sur sa colline, qui figure parmi les plus belles découvertes récentes en Grèce. Les amoureux de nature visiteront également les chutes sauvages de Varvara aux allures de paradis exotique.

Vue sur le site de Philippes, ville antique

Lire tout le reportage