Retour

Le Nil et ses temples à portée de route

Depuis Safaga, on peut aisément se rendre dans la haute vallée du Nil. Une option intéressante pour une séquence culturelle lors d’une excursion à la journée.

Entrée du site de Denderah Entrée du site de Denderah

Peut-on mêler détente balnéaire et culture en Egypte ? Oui, en séjournant à l’endroit précis où la mer Rouge est la plus proche du Nil et des temples de Louxor. C'est-à-dire à Safaga, située à 2h de route du grand fleuve et à 3h du complexe religieux de Karnak. La station balnéaire se trouve précisément à 160 km de Qena, au bord du Nil, et à 230 km de Louxor. En lien avec les hôtels, des agences de voyages locales proposent l’excursion à la journée, avec une prise en charge en bus très matinale (comme El-Mallah). Il est aussi possible de négocier la sortie avec un prestataire privé disposant d’un véhicule. Cette option offre plus de souplesse si l’on est en couple ou jusqu’à 3 à 4 personnes. Le trajet sur une belle route asphaltée est splendide. Les check-points sont encore nombreux mais on ne circule plus en convois comme auparavant.


 

Au milieu de nulle part

Au milieu du néant, on longe des montagnes rougeoyantes décharnées, des déserts de pierre et des plateaux de roches blanches. On y croise de rares restaurants et stations-services, ainsi que des troupeaux de chèvres menés par des bergères voilées. A Qena, ville de 200 000 habitants, aucun touriste : si vous êtes avec un chauffeur privé, vous pourrez lui demander d’aller visiter les souks, la mosquée et une église copte. Souvent, par règlement plus que par réelle sécurité, un véhicule de la police vous accompagne. L’avantage de Qena : c’est l’Egypte profonde et authentique. Les bords du Nil, eux, sont déserts. Mais vous voilà enfin devant le grand fleuve africain ! Ceux qui ne vont pas jusqu’à Louxor se contenteront depuis Qena de visiter le temple de Dendérah, à 5 km.

Désert près de Safaga

 

Déserts de pierre et Grand Temple d’Hathor

Perdu dans un désert de rocaille, ce complexe est relativement oublié des touristes. Presque intact, c’est l’un des ultimes édifices de l’Egypte ancienne, datant du début de la période ptolémaïque. Bâti dans une enceinte de remparts en briques percée de hautes portes, le Grand Temple d’Hathor de Dendérah séduit par la profusion de ses décors. La salle hypostyle est particulièrement riche, avec ses énormes colonnes sculptées et son plafond décoré de scènes de la vie quotidienne. Dans les chapelles, l’art de la civilisation égyptienne s’exprime avec une grâce infinie. La crypte souterraine porte aussi des décorations murales. A l’extérieur, le site abrite le petit temple d’Isis et un bassin hors d’eau planté de palmiers. Un avant-goût prometteur de la Vallée des Rois pour ceux qui veulent aller plus loin.

Grand temple d'Hathor

"