Retour

Le paradis des gourmets

Stands de nourriture dans les rues de Bangkok © Myriam Thys Stands de nourriture dans les rues de Bangkok

En Thaïlande, 2018 est entièrement placée sous le signe de la gastronomie. Si vous désirez vraiment apprendre à connaître la culture thaïe, vous devez surtout apprendre à apprécier leur façon de manger. Et ce n'est franchement pas difficile, c'est l'une des cuisines les plus savoureuses au monde. Les Thaïs sont constamment occupés à manger. D’ailleurs, il est possible de trouver quelque chose à manger tous les deux mètres. Mais inutile de craindre pour votre santé, car c'est une cuisine saine et légère. Étant donné que la Thaïlande n'a jamais été colonisée, la nourriture y est très traditionnelle ; vous pouvez aussi manger avec une cuillère et une fourchette. Pas de couteau ni de baguettes, sauf si vous commandez des plats chinois ou japonais. C'est une cuisine aux 1001 parfums, à l’image du pays. Un patchwork de saveurs, de couleurs et d'odeurs. Et pour bien commencer, choisissez Bangkok, c’est l'endroit idéal.

 

Vers les premières étoiles au Michelin

Depuis peu, le guide Michelin a distribué des étoiles à Bangkok, à juste titre d’ailleurs. C'est une de ces villes où l'on mange toujours bien, que ce soit à une petite échoppe au bord de la route ou dans un restaurant chic. Les restaurants y poussent comme des champignons. Un jour à la mode, le lendemain déjà remplacé. Dans la rue et dans les nombreux marchés, vous ne payez presque rien, mais à la table d’un restaurant avec des chefs renommés, le prix sera légèrement plus élevé. À Bangkok, vous trouverez également beaucoup de bars et de restaurants installés sur les toits. C’est très populaire de manger ‘en altitude’ au-dessus du tourbillon de la ville en vue de rêvasser et de se perdre dans ses pensées. Les activités gastronomiques telles que les cours de cuisine et les excursions culinaires connaissent également de plus en plus de succès. Bangkok est sans aucun doute un paradis pour les gourmets.

Stands de nourriture au marché Chatuchak © Myriam Thys

"