Retour

Le quartier Locmaria, berceau… et avenir de Quimper

Quartier fondateur de Quimper, au bord de l’Odet, il a brillé par son artisanat potier et faïencier. Autour des ateliers Henriot et du couturier Pascal Jaouen, il se rénove et trouve une nouvelle vitalité artistique.

Ancien prieuré de Locmaria © Philippe Bourget Ancien prieuré de Locmaria

Nous voilà à la source de Quimper. Locmaria, quartier-village situé à 10 mn à pied du centre-ville, rive gauche de l’Odet, a accueilli ses premiers ouvriers au Ier s. après J.-C. La raison ? L’eau, ressource indispensable pour travailler l’argile abondante. Locmaria sera longtemps connue pour ses poteries culinaires. Quelques siècles plus tard, un artisan provençal importe le savoir-faire faïencier. De l’argile à la céramique, le pas est allègrement franchi au point que dans les années 1870-1880, plus de 500 personnes travaillent dans les trois grandes faïenceries du quartier. Les ouvriers habitent rive droite, quartier du Cap Horn. Chaque matin et soir, des passeurs leur font traverser l’Odet en bateau.

 

De nos jours, un atelier entretient la tradition : Henriot. Rares en France sont les ménages qui ne possèdent pas un bol à oreille de la célèbre marque ! Une vingtaine d’employés s’active dans cette faïencerie qui abrite sous les toits 10 000 moules et modèles depuis… 1690. Classé Entreprise du Patrimoine Vivant, l’atelier s’est relancé grâce à des collaborations avec des artistes. Sa boutique est un lieu de passage obligé pour acheter des faïences classiques ou contemporaines. A côté, le musée de la Faïence et ses pièces exceptionnelles témoignent du rôle clef de cet artisanat à Quimper.

Faiencerie Henriot © Hanriot-Quimper

 

Ecole de broderie d’art, micro-brasserie…

Un autre lieu incarne la vocation artistique du quartier : l’atelier Pascal Jaouen. Ce haut couturier, petit-fils d’agriculteurs imprégné de culture bretonne, conçoit des robes et des tissus uniques. Ses collections, prisées par plusieurs people françaises, sont financées par son école de broderie d’art et ses stages, organisés à Locmaria.

Ancien prieuré de Locmaria © Philippe Bourget

 

Le quartier dispose également d’un patrimoine remarquable : une ancienne abbaye bénédictine, devenue prieuré ; une splendide église romane du 11ème s., dont on fêtera le millénaire en 2022 ; un jardin médiéval, classé « Jardin Remarquable ». Aujourd’hui, le quartier trouve un nouveau souffle. Au bord de l’Odet, la rénovation de la place du Styvel a mis en valeur la belle façade de l’ex-atelier d’art P. Foullien. Derrière le prieuré, un hôtel de luxe a ouvert (hôtel Ginkgo). Une micro-brasserie s’est installée sous l’espace Pascal Jaouen. Locmaria devient un cluster artistique, avec plasticienne, modiste, céramiste, architecte… Après avoir incarné l’histoire de la ville, il en symbolise le renouveau.

Ancien prieuré de Locmaria © Philippe Bourget

Lire tout le reportage

Profitez-en !

Cast

La hutte de Panoramix (CXT100)

àpd €964 / semaine

Plonevez-Porzay

Gwel Ar Mor (PZY100)

àpd €1243 / semaine