Retour

Le « septembriste » : A-t-il tout ou rien compris ?

Elles sont de plus en plus nombreuses, ces personnes décidant d’éviter la foule de juillet-août et de partir en septembre. Pour le meilleur ou pour le pire ?

Généralement, au travail, ils ne sont pas très compliqués à localiser : quand fin août, tout le monde est revenu de vacances, la mine plus ou moins déconfite, ils sont les seuls à garder le sourire et limite, à se pavaner de leurs vacances qui n’ont pas encore démarré. Mais voyons cela en profondeur : partir en septembre, bonne ou exécrable idée ?

 

L’atout prix !

Evidemment, le premier argument, c’est le prix. En septembre, le prix des locations est en forte baisse, ce qui permet de partir pour un budget nettement plus étriqué, ou de se payer une villa de Nabab, chose impensable durant les mois de juillet et août.

 

Quels bouchons ?

Autre avantage choc : la circulation. Oubliées, les files interminables menant aux endroits à la mode : tout le monde (ou presque) est au turbin, vous avez donc les autoroutes et autres routes pour vous ! De quoi être nettement plus détendu… Même refrain dans les magasins : point de file interminable pour commander une glace !

 

Météo

Vous supportez mal les canicules ? Bonne nouvelle, le mois de septembre est tout indiqué pour vous ! Evitez tout de même de partir hors Europe : ce mois-là est souvent synonyme de tempêtes pour de nombreuses îles paradisiaques. Dans le pourtour méditerranéen, en revanche, le soleil vous semblera nettement moins brûlant. L’autre bonne nouvelle, c’est qu’en septembre, la mer est toujours à une température agréable.

 

Les railleries des collègues

Si vous partez en septembre, c’est que forcément, vous êtes resté au travail durant les deux mois précédents… Ce qui signifie aussi que vous avez pu vous la couler douce, ces mois-là étant, pour bon nombre de secteurs, réputés les plus « calmes ». Quelques collègues jaloux ne manqueront certainement pas de vous le rappeler…

 

Un retour mouvementé

La rentrée est souvent synonyme de chamboulements et de grosses remises en question. Louper ce moment est parfois mal vu, que ce soit dans le secteur privé ou public. D’autant qu’à votre retour, vous retrouverez sans nul doute une boîte mail fortement encombrée !

 

Des soirées plus courtes…

Enfin, les journées plus courtes qu’en juillet ou en août, peuvent également nuire aux longues soirées sur la terrasse. Le soleil se couche nettement plus tôt, avec ce que cela suppose en termes de fraîcheur… A vous de faire le bon choix !