Retour

Les 1001 visages de Tuol Sleng souvenirs d’un Cambodge mutilé

Au fur et à mesure de mon voyage, le Cambodge m’inspire un paradoxe vertigineux : la civilisation Khmer à l’origine des temples d’Angkor parmi les plus beaux du monde et le régime Khmer rouge et ses atrocités.

Phnom Phen - Wat Phnom © EH Phnom Phen - Wat Phnom

A ce sujet, me voici dans la capitale Phnom Penh que je découvre avec étonnement pendant les jours de fêtes animées du nouvel an. La ville conserve des bâtiments de style colonial français mêlés à une architecture moderne en constante évolution.

 

Au Palais royal, j’admire la magnifique salle du couronnement et le palais dont le sol est couvert d’argent massif. Ce dernier abrite de nombreux bouddhas dont celui en cristal nommé également Bouddha d’émeraude. Je me perds ensuite à admirer les magnifiques fresques décorant l'enceinte du palais.

Le palais royal à Phnom Penh © EH

 

Une visite au centre de détention et torture S-21 m’a été recommandée. Dans cette ancienne école nommée Tuol Sleng située au cœur de Phnom Penh, les Khmers rouges ont méthodiquement documenté leurs atrocités. Les innombrables photos de détenus commémorent le souvenir de chaque victime. La voix cambodgienne de l’audioguide en français m’éclaire avec sérénité sur les crimes de l’époque du Kampuchea démocratique. Les lieux de torture et les cellules sont encore là, glaçantes. Un des rares survivants y vendait son livre que j’ai eu l’occasion d’acheter. Comprendre la mentalité, l’esprit et l’humilité du peuple cambodgien passe inévitablement par cette visite.

Tuol Sleng © EH