Retour

Les croisières et l’environnement : Quel impact ?

Ces immenses paquebots sont régulièrement la cible des critiques les plus acérées. Ces dernières sont-elles justifiées ? Quelles sont les mesures prises pour limiter l’impact environnemental de ces puissants navires ?


Régulièrement critiqués, les croisiéristes n’ont que rarement l’occasion de s’exprimer. MSC Croisières, un acteur incontournable du secteur (1 croisiériste belge sur 2 choisi MSC), nous a fait part des mesures prises pour limiter les émissions, la consommation et les déchets de ses croisières.

« Les mers et les océans ont toujours été au cœur des activités de MSC Croisières, et nous nous sentons profondément responsables de leur préservation et de leur protection » précise Patrick Pourbaix, Directeur Général, France, Belgique et Luxembourg de la compagnie.

La qualité de l’air ?

Des paroles en l’air ? Pas si sûr : depuis la fin de l’année passée, par exemple, 11 des 17 navires du groupe sont équipés de système, en circuit fermé, de nettoyage des gaz d’échappement, ce qui élimine jusqu’à 98% d’oxyde de soufre, annonce le croisiériste ! P.J. Pourbaix précise aussi que les navires restants seront tous convertis à ce système d’ici la fin 2021. De plus, les navires sont équipés de système de réduction catalytique pour réduire les émissions d’oxyde d’azote de 90%, en les transformant en molécules d’eau et d’azote.

Vers une réduction drastique des émissions de CO2

Le progrès technique a également permis d’améliorer le rendement des moteurs, nettement plus propres qu’auparavant : MSC Croisières annonce ainsi que « [leur] navire le plus récent, le MSC Grandiosa, requiert 28% moins de carburant par passager, ce qui représente une réduction de 255kg de dioxyde de carbone par passager, par croisière. »

Une consommation « intelligente »

A quai, pour réduire leur consommation énergétique, « tous les navires MSC Croisières qui ont été mis en service depuis 2017 ont la capacité d’assurer leur alimentation énergétique en se branchant au réseau électrique local des ports d’escale. » Mais les économies d’énergie ne s’arrêtent pas là : le système de chauffage, par exemple, est du type « intelligent ». Comprenez qu’il peut reprendre la chaleur de la salle des machines ou de la buanderie, pour chauffer la piscine, par exemple.

L’eau, ressource précieuse…

Outre des mesures « classiques », comme l’abandon des gobelets et pailles en plastique et le tri des déchets, MSC Croisières se fait fort de mettre sur l’eau des navires capables de générer et de traiter toute l’eau douce consommée à bord (que ce soit pour les douches, pour boire ou pour les lessives). Avant d’être rejetées dans la mer, ces eaux sont si purifiées qu’elles atteignent une « qualité proche de l’eau du robinet ». L’eau rejetée dans la mer est donc certainement, bien plus propre que la mer elle-même !

A savoir

Depuis début 2020 la compagnie compense les émissions de dioxyde de carbone de tous ses navires sans supplément et quel que soit le navire en investissant dans des projets de reforestation et dans les énergies renouvelables.