Retour

La plus belle île au monde est à nouveau accessible au public… Mais il faudra montrer patte blanche !

Les Philippines permettront à nouveau vendredi aux touristes de fouler les plages paradisiaques de Boracay, île fermée depuis six mois parce que le tourisme de masse l'avait transformée, selon le président Rodrigo Duterte, en fosse septique.

Le chef de l'Etat avait ordonné en avril la fermeture de cette île qui est la plus courue de l'archipel, afin de permettre de nettoyer le site, de faire le ménage dans un développement hôtelier anarchique et de bâtir en particulier des unités de traitement des eaux usées.

 

L’une des plus belles îles au monde

Boracay, petite île de l'archipel des Visayas dont les plages sont régulièrement classées comme les plus belles au monde, ne mesure que 10 kilomètres carrés. Mais elle a pu à certaines périodes être fréquentée par 40.000 touristes en même temps. Si le tourisme a généré un milliard de dollars de revenus par an, il a aussi entraîné l'accumulation de montagnes de détritus dépassant largement ses capacités d'assainissement, ainsi qu'une atmosphère de fête permanente que le gouvernement n’apprécie plus.

 

Accès régularisé !

A l’avenir, Boracay aura moins d'hôtels et de restaurants, ainsi qu'un quota de visiteurs autorisés et de nouvelles réglementations interdisant le tabac et l'alcool sur les plages. La ministre philippine du Tourisme, Bernadette Romulo-Puyat, a espéré que cette "nouvelle" Boracay marque aussi l'avènement d'une "culture du tourisme durable" aux Philippines. 


Désormais, l'île n'aura plus le droit d'accueillir plus de 19.200 touristes en même temps, un quota que les autorités comptent faire respecter en contrôlant notamment l'offre hôtelière de l'île. Le gouvernement a également chassé du littoral les cracheurs de feu, masseuses, vendeurs ambulants, chiens errants et même les bâtisseurs de châteaux de sable emblématiques de l'île. Des constructions sauvages ont été rasées pour créer une servitude de passage de bord de mer large de 30 mètres. 

Tous les sports nautiques, à l'exception de la natation, sont pour l'heure interdits et les trois casinos de l'île ont été fermés. Près de 400 hôtels et restaurants accusés de violer les réglementations environnementales ont dû fermer. Les compagnies aériennes et les ferries ont dû réduire leur desserte de la zone. Fumer ou boire de l'alcool est désormais interdit sur les plages. Les gigantesques fêtes de plage dites "Laboracay" organisées autour du 1er mai, qui attiraient des dizaines de milliers de personnes, appartiennent également au passé.