Retour

Nourrir son esprit passe aussi par la gastronomie locale du nord de l’Espagne

Faire le chemin de Compostelle, c’est également une occasion parfaite de goûter aux spécialités traditionnelles locales qui méritent d’être dégustées dans un esprit de tranquilité et de plénitude. Vous êtes porté par la route, les paysages … et les saveurs.

Pour vous guider dans votre parcours gastronomique, voici les haltes à ne pas manquer ainsi que leurs principales spécialités. Nous ferons surtout référence aux régions parcourues par le « chemin français » qui passe par l’intérieur des terres sur plus de 700 km. Dans chaque région, vous pourrez reprendre des forces dans des auberges, proposant des menus pour les pèlerins, mais aussi dans des restaurants de luxe ou encore dans les incontournables paradores (châteaux et manoirs transformés en hôtels).

Partons sur le « chemin nord », celui-ci démarre à Irún et traverse les régions du Pays basque, de Cantabrie, des Asturies et de la Galice. Son paysage est l'un de ses plus grands attraits, la plupart du trajet se déroulant le long de la côte, entre les montagnes et la mer Cantabrique. Pour les plus vaillants, il est possible de pousser une pointe jusqu’au Finisterre !

 

Le chemin français

L’une des variantes du « chemin français » débute à Roncesvalles, ville de Navarre connue dans l’histoire pour sa bataille éponyme durant laquelle l’arrière-garde de l’armée de Charlemagne fut détruite en 778. À Roncevaux (traduction française de Roncesvalles), on trouve des produits tels que les artichauts de Tudela, les poivrons de piquillo ou les asperges de Navarre, autant de légumes de qualité qui ne laisseront personne indifférent. Sans parler de certains de ses fromages, comme l’Idiazabal ou celui de Roncal. Après le repas, vous verrez qu’il est typique de boire un verre d’une liqueur aromatique appelée patxaran.

Étape suivante : La Rioja. Parmi ses plats emblématiques, on retrouve la morue et les pommes de terre façon Rioja ou les côtelettes aux sarments de vigne. Mais cette région est surtout réputée pour ses vins connus internationalement. Une bonne façon de les déguster est de se rendre dans une bodega offrant un menu dégustation voire, si vous avez le temps, de vous inscrire à un cours.

Paradis pour les amateurs de viande

Le « chemin français » passe par trois régions de Castille-León, de véritables paradis pour les amateurs de viande. D’abord Burgos, où le rôti d’agneau et le boudin sont plus que recommandés, accompagnés d'un délicieux vin Ribera del Duero. Puis Palencia, où en plus de l’agneau, vous pourrez commander un ragoût de crabes ou des cailles mijotées. Enfin, à León, les voyageurs repartent ravis du botillo, de la cecina ou du cocido maragato, trois préparations traditionnelles que vous ne trouverez nulle part ailleurs !

 

Le chemin français

 

En Galice, les fruits de mer et la saint-Jacques

Enfin, en Galice, à la fin de votre pèlerinage, une gastronomie riche en tentations vous attend : le poulpe á feira, le jambonneau au brocoli-rave, l’empanada, le cocido galicien, les poivrons de Padrón, la tarta de Santiago et les fruits de mer frais comme les pétoncles, les étrilles et les coquilles… Saint-Jacques, symboles du chemin de Compostelle. Sa boisson typique, la queimada, offre une expérience très curieuse. Sa préparation nécessite un rituel spécial au cours duquel une conjuration est récitée pour éloigner les mauvais esprits. Vous verrez qu’à Saint-Jacques-de-Compostelle, bien manger est presque aussi important que visiter la cathédrale !

"