Retour

Pérou : les touristes fuient les plages !

24/01/2022

En plein été austral, personne ne se baigne plus sur la plage de la station balnéaire d'Ancon, non loin de la capitale Lima : les brigades de nettoyage ont effectivement remplacé les vacanciers…

Les côtes péruviennes au nord de Lima sont souillées par du pétrole qui s’est répandu dans la mer lors du processus de déchargement de brut d’un tanker à la raffinerie de La Pampilla, propriété de la compagnie espagnole Repsol. Plus de 6.000 barils de brut se sont déversés dans la mer et souillent désormais au moins 18 km2.

Désormais, les seuls occupants de la plage d’Ancon, qui s’étire sur deux kilomètres, sont une centaine de personnes à pied d’œuvre pour tenter de nettoyer les lieux. Y participent des militaires, du personnel employé par la raffinerie et des volontaires d’Amaac et d’autres ONG.

Alors qu’une centaine de pêcheurs artisanaux ont manifesté pour réclamer des dédommagements, les commerçants de la station balnéaire sont aussi en colère. Les vacances de l’été austral leur apportent le gros de leurs revenus. Le gouvernement a qualifié le déversement pétrolier de “catastrophe écologique” et la justice péruvienne a ouvert une enquête.

De son côté, la raffinerie rejette la responsabilité sur les conditions maritimes, assurant que les autorités péruviennes n’avaient pas émis d’alerte sur un possible renforcement de la houle en raison de l’éruption volcanique aux Tonga.