Pétra, la rose secrète

Parmi les sites les plus fabuleux de la planète, voici Pétra. Ce lieu le plus emblématique de Jordanie raconte une incroyable odyssée.

Petra, la 'rose des sables' © Eric Valenne Petra, la 'rose des sables'

Cachée au fond de gorges tortueuses, la ville de Pétra est à découvrir pas à pas, au bout d’une lente descente depuis le plateau de Wadi Moussa, dont le nom évoque ici le passage de Moïse. Tout au bout, la Khazneh ou « trésor ». A l’issue d’une marche d’une demi-heure environ, au cœur d’un envoûtant couloir cerné de hautes parois verticales, Pétra surgit soudainement entre les falaises, tout au bout d’un ancien cours d’eau qui alimentait les précieux réservoirs des Nabatéens. C’est à eux que l’on doit cette « rose des sables » de couleur ocre. Les Nabatéens ont élu domicile il y a deux mille cinq cents ans au fond de ce labyrinthe et au carrefour de plusieurs routes caravanières entre Syrie, Méditerranée, Arabie heureuse. Ils y ont construit cet extraordinaire site de temples et de nécropoles, de mausolées royaux aux influences architecturales grecques indéniables.

 

Oubliée puis protégée par les Bédouins

L’endroit fut quasi oublié pendant des siècles par les vagues de colons qui ont déferlé, des Romains aux dynasties Omeyyades, Abbassides et autres Croisés. Arriveront enfin les fiers Bédouins qui en défendront farouchement l’accès, interdisant le site à tout visiteur étranger. Du 16ième au début du 19ième siècle, Pétra ne sera alors connue que par ces derniers, qui croyaient y voir l’un des trésors des pharaons. Comme en témoignent encore les impacts de balles de fusil dans l’inaccessible urne qui trône en hauteur de la khazneh, supposée détenir une improbable corne d’abondance de pièces d’or...

 

Au début du 19ième siècle, seuls quelques textes connus par des érudits occidentaux mentionnaient l’existence des lieux. Et c’est un certain Burckhardt, explorateur suisse, converti à l’islam et maîtrisant parfaitement l’arabe, qui eut le premier l’occasion d’admirer le site. Au prix de mille dangers, il s’était déguisé en pèlerin venu y sacrifier une chèvre à Aaron, frère de Moïse... Bien vite, les historiens, les égyptologues puis les touristes sont venus découvrir avec émerveillement cet endroit incroyable. Il ne faut pas hésiter à prolonger sa promenade après la khazneh jusqu’au fond de la vallée, voire continuer jusqu’au sommet du plateau où se trouvent encore quelques imposants édifices, loin des foules et des marchands.

 Voir tout le reportage : https://www.vacancesweb.be/reportage/la-jordanie.html

Petra

 

Little Petra © Eric Valenne