Retour

Prague : quartier Žížkov, l’inflexion souterraine

Ce quartier aux rues en pente aménagé au 19ème s. pour les ouvriers de l’industrie devient un secteur résidentiel pour étudiants et jeunes entrepreneurs. Attirés par des prix attractifs, ils nourrissent une culture typique des faubourgs mutants, révélatrice d’un changement d’époque.

Sur la place centrale de Vinohrady, l’église du Sacré-Cœur-de-Jésus dresse ses murs et son clocher de briques placardé d’une horloge de taille XXL. Le design est inédit pour cet édifice « archi » du 20ème s., mais pas autant que celui de son étonnant voisin. Car si l’on parle d’hypertrophie architecturale… levons un peu la tête. Avec ses 216 m de haut, la tour de télévision voisine de Žížkov, qu’agrippent d’étonnants bébés-alpinistes en métal, offre une audace architecturale inédite et un panorama inégalé sur Prague. Ce n’est pas parce que des petits malins l’ont élu « construction la plus laide du monde » – à vous d’apprécier ! – qu’il faut l’éviter. Au contraire. Ses deux étages sommitaux, à la décoration futuriste, abritent non seulement une plateforme d’observation sur la ville mais aussi un restaurant « gastro » (Oblaca), un bar et même un appartement-hôtel.

TOUR TELEVISION ZIZKOV Philippe Bourget

Croisement d’époques

A ses pieds, voilà donc le quartier de Žížkov. Un secteur de ville aux rues pentues qui dévalent, façon cul de sac, au pied d’une autre colline, Vítkov. Žížkov fut créé dans la seconde moitié du 19ème s. pour accueillir les nombreux ouvriers de l’industrie, alors en plein boom dans la capitale tchèque. C’est aujourd’hui un quartier en transformation, composé d’immeubles résidentiels rénovés ou en voie de l’être. Il est prisé des étudiants et des jeunes entrepreneurs séduits par ses prix attractifs. On n’y trouve pas de site monumental mais on apprécie son ambiance, celle que possèdent tous les quartiers mutants, au croisement de deux époques. Au pied de la tour Žížkov, on s’attardera au vieux cimetière juif, adossé aux maisons du quartier. Moins connu que celui de Josefov, dans la vieille ville, il accueille les tombes de grands rabbins et de savants.

Prague quartier juif

Restaurant Guston, témoin social

On passera aussi par la place ronde Škroupovo, où eurent lieu les premières manifestations autorisées des dissidents, en 1988, en présence de Václav Havel. Après la chute du bloc de l’Est, il sera élu Président de Tchéquie. En glissant vers le bas du quartier, les rues convergent vers l’une des places principales et l’avenue Prokopova. Sur la place, trône la statue de Jaroslav Hašek, auteur du fameux livre « Les Aventures du brave soldat Chvéïk ». Le restaurant Guston, lui, est un témoin social intéressant. On y savoure une cuisine de qualité dans un cadre rustico-baroque, au milieu d’une clientèle jeune et branchée. Un peu plus loin, rue Řehořova, splendide enfilade d’immeubles baroques en partie rénovés, se cache Prostor 39, un repaire de culture alternative, avec café gallery et ateliers photos.

Philippe Bourget

Colline verte de Vítkov

Deux solutions s’offrent au promeneur pour quitter Žížkov. L’une est de grimper sur la colline verte de Vítkov, celle où vient buter le quartier. Là haut trône la statue équestre du général Žížka (la 3ème plus grande au monde !), avec une belle vue sur Prague depuis l’esplanade. L’autre est de s’introduire dans le tunnel qui perce la colline de Vítkov sur 300 m, véritable glacière et nid à courants d’air l’hiver, pour rejoindre l’autre quartier en mutation, Karlín.

Monument dédié à Jan Žižka Lukas - stock.adobe.com

Lire tout le reportage