Retour

Saint-Jacques-de-Compostelle à vélo : ce qu'il faut savoir !

14/03/2022

De plus en plus de pèlerins choisissent de faire la route de Saint-Jacques-de-Compostelle à vélo.

Vous pédalerez à votre rythme sur les sentiers qui vous mèneront en Aragon, dans les Asturies ou en Cantabrie. En chemin, vous découvrirez les mythes et légendes de Galice et les innombrables vignobles de La Rioja. Vous resterez ébahi devant les paysages, la gastronomie et les coutumes espagnoles. Comme le dit l’adage : le plus important, ce n’est pas la destination mais le voyage.

Ce que vous devez savoir avant d’entamer votre périple à vélo

Avant de commencer le pèlerinage, vous devez définir les étapes. Le Camino francés, ou Chemin français, fait 800 km. Avec ses 825 km, le Camino del Norte (le Chemin du Nord) est légèrement plus long. Vous pouvez également opter pour le Chemin primitif, qui est plus court : 315 km. Toutes les étapes ne sont pas les mêmes, certaines étant plus difficiles que d’autres. Il est donc important de choisir le parcours qui convient le mieux à votre condition physique. La majeure partie des itinéraires sont bien balisés et vous n’aurez pas besoin de boussole ou de carte pour vous orienter.

Jusqu’à 20h00, les marcheurs ont la priorité sur les cyclistes pour trouver une nuitée. Un pèlerin à pied qui arrive dans une auberge comble doit se rendre dans la suivante, 10 ou 15 km plus loin. Il lui faudra 2 à 3 heures pour y parvenir alors qu’un cycliste ne mettra qu’une demi-heure.

Pas n’importe quel vélo

Il est recommandé d’utiliser un vélo aussi léger que possible. Pour ce voyage, nous vous conseillons un VTT semi-rigide plutôt qu’un modèle lourd. N’optez pas pour un vélo de course, car il vous cantonne à certains tronçons du parcours, ce qui vous oblige à faire un détour. Les pneus de votre vélo doivent être en parfait état et l’ensemble du mécanisme doit être bien lubrifié avant de prendre la route. Un vélo avec lequel vous avez parcouru de nombreux kilomètres et que vous connaissez parfaitement est préférable à un vélo neuf. Si vous effectuez le pèlerinage avec votre propre vélo, il existe un service de transport qui rapportera votre bicyclette chez vous après le voyage.

Pour entamer votre périple le plus confortablement possible, veillez à bien vous préparer. Un casque, des vêtements confortables, des chaussures adaptées, un imperméable, des bandes réfléchissantes, un gilet fluorescent, des gants, des lunettes de soleil et de la crème solaire sont des éléments indispensables pour le voyage. Pour parer aux éventuels pépins, une trousse de base contenant de la colle, du liquide anti-crevaison, de la graisse, un cadenas, des rustines et des clés peut aussi s’avérer très utile.

Vous vous demandez sans doute où vous allez pouvoir mettre toutes vos affaires et tous vos vêtements. En général, les pèlerins utilisent des sacoches pour ranger leurs effets personnels. Un sac à dos lourd chargera vos épaules et risque d’entraver votre mobilité sur la route. En ce qui concerne le poids, il est conseillé de ne pas dépasser 15 kg. Si vous devez emporter des bagages plus lourds, vous pouvez les expédier entre les différentes étapes grâce à Correos, le service postal espagnol.

Suis-je assez fort physiquement pour effectuer ce voyage à vélo ?

En moyenne, un pèlerin parcourt environ 55 km par jour. Il s’agit d’un objectif réalisable aussi bien pour les cyclistes aguerris que pour les amateurs. Bien entendu, les conditions météorologiques jouent également un rôle. N’oubliez pas toutefois que le défi reste physique et qu’il demande une certaine préparation. Dans les mois qui précèdent votre aventure, effectuez quelques sorties sur des parcours similaires à ceux du pèlerinage afin de déterminer votre niveau. Un entraînement préalable vous apportera sans doute la confiance nécessaire.

Pendant votre expédition au long cours, vous recevrez un carnet du pèlerin à faire timbrer à chaque étape. Vous pouvez obtenir ce passeport auprès du Centre international d’Accueil au Pèlerin ou dans les auberges et les associations d’amis du Chemin de Saint-Jacques.

Vous n’êtes pas obligé d’effectuer toute la route, vous pouvez aussi choisir de n’en faire qu’une partie. Pour obtenir le certificat officiel, la « Compostela », vous devez avoir parcouru au moins 200 km.

Les avantages du vélo

Réaliser le pèlerinage à vélo présente de nombreux avantages. Vous pourrez ainsi facilement vous écarter de l’itinéraire pour explorer les villages et les lieux proches. Vous aurez plus de temps pour vous arrêter et admirer les jolis coins sans vous presser. Vous vous déplacerez à l’aide d’un véhicule, ce qui vous permettra de visiter des villes pour y faire des achats.

La meilleure période pour faire le pèlerinage à vélo

Un pèlerin qui rejoint Saint-Jacques à vélo devrait le faire à une vitesse moyenne de 12 km/h. Si vous pédalez pendant 5 heures chaque jour, vous aurez parcouru 60 km à la fin de la journée. Les mois d’avril, mai, juin et septembre sont la meilleure période pour faire du vélo. Le climat est alors plus doux et il y a moins de précipitations. En été, il peut faire très chaud, tandis qu’en automne et en hiver, les pluies sont trop fréquentes, ce qui rend la pratique du vélo plus difficile.

Lire tout le reportage