Retour

Un petit tour à Bregenz… capitale du Vorarlberg

cms

par cms

Etonnement, la capitale du Vorarlberg ne se trouve pas dans le district du Bregenzerwald. Peu importe, après une immersion joyeuse dans les montagnes, la « ville du lac » complète logiquement la découverte du territoire.

Les bords du lac de Constance à Bregenz Philippe Bourget

Hasards du découpage administratif, Bregenz, 30 000 habitants, n’est pas… dans le Bregenzerwald. La capitale du Vorarlberg se trouve dans un autre district. Mais le touriste n’a que faire de ces subtilités juridictionnelles. Bregenz est située à moins d’une heure des villages de montagne du Bregenzerwald et la cité vaut de toute façon le détour, ne serait-ce que par sa situation remarquable sur les rives du lac de Constance. A propos de ce lac, une précision : les Autrichiens (comme les Allemands) l’appellent Bodensee, en référence au village allemand de Bodman. C’est donc vers les rives les plus orientales… du Bodensee, à deux pas des frontières allemande et suisse, que le visiteur arrivant à Bregenz converge immanquablement. La gare, d’ailleurs, n’est qu’à quelques mètres du littoral.

L’arène du Festival d’opéra

Et qui dit rives dit promenade. C’est l’atout numéro un de Bregenz : pouvoir humer cet air de Riviera lacustre qui n’est sans rappeler celui de Montreux ou de Lausanne, en Suisse. Ombragée et animée, la balade le long d’une longue balustrade en fer très « 19ème s. », est jalonnée de cafés, de glaciers, de kiosques… et de bancs, parfaits pour une pause contemplative. A l’entame du front de lac, une immense bâtisse contemporaine interpelle. C’est l’arène du Festival d’opéra, la plus grande scène lacustre du monde (7 000 places dans les gradins) ! Depuis 1946, chaque été durant deux années de suite, s’y joue un classique du répertoire, mis en scène de façon « baroque ». Colorés, les décors et le show scénique sur l’eau ont fait la réputation de l’évènement. En 2022 et 2023 se jouera Madame Butterfly, de Puccini. L’autre bout de la promenade est occupé par le port. Des bateaux s’en échappent régulièrement pour des croisières sur le lac ou pour rejoindre, à la belle saison, les villes allemandes de Lindau ou de Constance.

Les bords du lac de Constance à Bregenz Philippe Bourget

Noyau de haute-ville isolé

Le cœur de ville mérite aussi une visite. Il commence juste derrière le bâtiment massif et contemporain du Vorarlberg Museum, dédié à l’art. Derrière, la Rathaustrasse est connectée, via la Schulgasse, à la Kaiserstrasse, la plus importante rue piétonne de Bregenz, bordée de magasins. Au bout, elle est prolongée par la Kirchstrasse, d’ambiance plus médiévale. S’y trouve, dans un joli décor de taverne avec terrasse, la Gasthaus Hirschen, un restaurant de très bonne réputation qui remonte… au 14ème s. Mais c’est alors qu’on pense en avoir fini avec la vieille cité que l’on découvre, depuis Thalbachgasse, un noyau de haute-ville, isolé sur une colline. Datant du début du 13ème s, cette enclave « fortifiée » et résidentielle (bizarrement assez peu touristique) est dominée par le château Deuring et la tour Saint-Martin. Cette dernière est couverte d’un toit à bulbe qui s’avère être l’un des plus grands d’Europe.

Bregenz, le haut de la ville Philippe Bourget

 

Lire tout le reportage