Retour

Contraste saisissant entre modernité et tradition de cette région du Valais

Toujours en route vers ce plus haut vignoble d'Europe à Visperterminen, nous nous écartons des vignes à Unterstalden, pour faire une halte à la cave St. Jodern Kellerei, une coopérative de viticulteurs de la région. Le bâtiment moderne affiche un intérieur très branché. Cela contraste au milieu des maisons en bois qui sont la norme dans la région.

Mais sous des allures très contemporaines se cachent un travail et un savoir-faire traditionnels. On produit ici 400.000 bouteilles par an. La gamme est assez vaste : elle comprend 9 types de vins rouges (ce qui est beaucoup quand on sait que la plupart des vins suisses sont des blancs) et 10 blancs, mais aussi un rosé et un vin pétillant.

St. Jodern Kellerei : une cave branchée Thomas Andenmatten

Nous dégustons notamment un Heida Veritas, plutôt cher mais délicieux. En 2015, ce vin figurait parmi les 6% des meilleurs vins blancs du monde. C’est un vin terreux avec un arrière-goût épicé. On comprend tout de suite pourquoi cette cave réputée est régulièrement inondée de prix divers et variés.

St. Jodern Kellerei ThomasAndenmatten

Oberstalden, village de carte postale

Au départ d’Unterstalden, nous marchons à travers les bois jusqu’à Oberstalden qui, comme son nom l’indique, se situe un peu plus en hauteur. C’est une randonnée difficile. Croyez-le ou non, mais jusqu’aux années 1960, les gens vivaient ici en tant que nomades.

Oberstalden Myriam Thys

En été, ils séjournaient dans ce village de carte postale idyllique ; en hiver, ils migraient à Visperterminen ; et en automne, ils s’installaient encore plus haut dans les Alpes. Les rares familles qui vivent encore ici aujourd’hui se composent toutes de vignerons. Des gens costauds au caractère bien trempé, à l’image des vins de cette région. La vue sur les vignobles, qui contrastent fortement avec les sommets enneigés, est d’une grande beauté. Les maisons sont très anciennes.

Oberstalden Myriam Thys

La plupart sont construites en bois, avec des parties en pierre naturelle. Nous effectuons un petit pique-nique et une dégustation de vin dans la plus ancienne maison du village, datant de 1774. On y trouve un pressoir à raisins datant de la même année et qui était encore utilisé jusqu’en 1950. C’est désormais une pièce de musée, dont les locaux sont très fiers. Nous avons goûté plusieurs vins, dont ceux de la cave Johanneli Fi, qui associe tous ces breuvages (que nous apprécions beaucoup…) à des légendes locales.

Terminus : Visperterminen

Au départ d’Oberstalden, nous empruntons le “Täbiner Kulturweg”, un itinéraire pédestre qui met en lumière la vie quotidienne des Tabiner (anciens habitants de Visperterminen). Le village se situe à 1.350 mètres d’altitude.

Visperterminen, le village Myriam Thys

Jusque dans les années 1940, il n’était accessible qu’à pied. À l’époque, les enfants attendaient avec impatience l’hiver car ils pouvaient alors chaque jour utiliser le traîneau pour dévaler la montagne jusqu’à l’école. Visperterminen est un beau village, avec sur la place centrale une majorité de maisons en bois. Au loin, on aperçoit les deux sommets du Bietschhorn, appelé aussi le baromètre. On dit que s’il n’est plus couvert de neige en août, ce sera une bonne année viticole. La dernière partie de l’ascension fut difficile. Non seulement à cause du soleil et des parties escarpées, mais aussi à cause du vin que nous avons dégusté à Oberstalden… Nous avons donc décidé de prendre le bus pour un retour vers Viège. Là, nous nous sommes installés sur une terrasse pour y déguster un verre de vin blanc frais de la région. What else ?

Visperterminen, le vignoble Myriam Thys

Lire tout le reportage