Vulcano et ses boues bienfaitrices

Après avoir embarqué à Naples pour une traversée nocturne vers les iles éoliennes, j’arrive à Vulcano. En accostant, je suis d’emblée surpris par l’odeur de soufre plus ou moins marquée en fonction du vent.

Randonnée sur l'île de Vulcano Randonnée sur l'île de Vulcano

Juste derrière le port de Levante je découvre un ensemble de petites grottes d’où s’échappent ces vapeurs. Il y a également un bassin de boue et d’eaux marines chaudes. C’est un endroit qui est devenu pour moi mon petit centre Thalasso à ciel ouvert et gratuit de surcroit… Il suffit de se glisser dans le bassin, ramasser la boue volcanique au fond de l’eau, se frotter le corps et ensuite se rincer dans la mer. Après trois séances successives de10 minutes chacune, me voilà requinqué, avec une peau neuve, propre et douce.

Il y a quelques années dans ce bassin, je rencontrai un homme d’un certain âge, assez mystérieux. Quand vous vivez sur de telles petites îles, vous connaissez au bout de 3 jours tous les autochtones et reconnaissez de loin les touristes. Or, lui, n’appartenait à aucune de ces deux catégories. Etant curieux de nature, je m’approchai de lui avec l’excuse de lui expliquer le mode d’emploi du bassin qu’il semblait découvrir. Il avait un accent napolitain et en toute simplicité m’annonça qu’il était volcanologue et venait d’arriver à Vulcano pour une étude sur les volcans éoliens. Ce jour-là, en sortant du bassin, j’appris énormément de choses sur les volcans de ma région. L’envie d’approfondir le sujet et de comprendre les impacts que les volcans ont eus sur les hommes devint une obsession.

 

La zone volcanique la plus active d’Europe

Cette concentration de volcans provient de la faille qui sépare les plaques tectoniques eurasiatique et africaine. Elles se rapprochent sans cesse et la tension qu’elles génèrent est à l’origine des volcans, des exhalaisons de vapeur de souffre, les remontés d’eaux chaudes et enfin de tremblements de terre. En 1693, l’arrière-pays de Syracuse fut frappé par une violente secousse sismique. En 1908, les villes du détroit de Messine furent rasées par un tremblement de terre qui fit 100.000 victimes… et il y en eu encore bien d’autres, des catastrophes meurtrières. Mais alors pourquoi et comment l’homme choisi de rester dans de telles conditions de vie, parfois de survie depuis plusieurs millénaires ?

C’est décidé, je vais approfondir et documenter ce sujet passionnant. J’entame un tour des principales zones volcaniques d’Italie. En commençant par la région de Naples, je visite les champs Phlégréens et la Solfatare, un immense cratère toujours en demi-activité, parsemé de projections de fumées. Un festival de couleurs jaunes, vertes, oranges, grises au sol et le long de ses parois donnent à ce volcan un côté artistique. Vraiment impressionnant. Je me rendis ensuite sur le Vésuve, l’imposant volcan endormi qui domine la région de Naples. Ce qui me surprit le plus, fût l’énorme densité de population dans la région de ces volcans. Cette première excursion me laissa un sentiment de petitesse et de grande humilité.

Arrivée sur l'île de Stromboli

"