Secrets bien gardés au cœur de Malines

Secrets bien gardés au cœur de Malines

C’est dans le grand béguinage de Malines, classé patrimoine mondial de l’UNESCO, que se niche l’une des plus vieilles brasseries du pays. Les béguines ont commencé à y brasser de la bière dès le 15e siècle.

Het Anker est une brasserie familiale qui appartient aux Van Breedam depuis 1872 et qui fabrique notamment les excellentes bières Carolus. Ces bières se marient à merveille avec la gastronomie belge. Vous pourrez le vérifier dans le restaurant de la brasserie, après une visite guidée des lieux.

Het Anker, une des plus anciennes brasseries du pays cms | cms

C’est le point de départ idéal pour un city trip aux allures gastronomiques. Un peu en dehors de Malines, Het Anker possède aussi une distillerie de whisky située dans un ancien moulin à vent, où était produit du genièvre jusqu’en 1927. Une étape amusante. Et n’oubliez pas vos chaussures de marche, la nature environnante est rayonnante et donne envie de s’y évader.

Les points forts de la ville

Le cœur bourguignon de Malines bat sur la Grote Markt (grand place) et le Veemarkt (marché aux bestiaux). La principale attraction du centre-ville historique est l’hôtel de ville, considéré à juste titre comme le plus remarquable de Flandre.

Myriam Thys | cms

Il se compose de trois parties. Sur l’aile droite, on trouve l’ancienne Halle aux Draps datant du 14e siècle ; au centre, on trouve le beffroi inachevé dont la tour centrale est manquante ; et sur l’aile gauche se trouve le Palais du Grand Conseil datant du 16e siècle mais dont la construction est restée inachevée pendant 400 ans, avant d’être terminée au 20e siècle dans le style néo-gothique. Ce sont ces trois parties de styles très différents qui font la particularité de ce bâtiment saisissant.

Marguerite d’Autriche sur le Grote Markt Myriam Thys | cms

Les Bourguignons étaient fort présents dans la région, dont Marguerite d’Autriche. Son palais du 16e siècle, de pur style Renaissance, abrite aujourd’hui le tribunal de première instance de Malines. Lorsque vous pénétrez dans le palais, vous découvrez ce que Marguerite pouvait voir à l’époque car le jardin intérieur est resté pratiquement inchangé. Mais architecturalement parlant, le plus beau joyau est le jardin d’hiver des sœurs Ursulines, situé à environ 10 kilomètres de Malines. Ce pensionnat de jeunes filles se couvre d’un toit en verre et constitue une magnifique illustration du style Art Nouveau. Cet édifice vaut vraiment le détour !

Les “Maneblussers” et la la Tour Saint-Rombaut

Malines fut un temps surnommée la ville des églises. Cela se comprend car la cité compte pas moins de 8 édifices religieux, dont la très connue cathédrale Saint-Rombaut. Sa tour surplombe la ville et pointe à 97 mètres de haut. Elle devait même initialement s’élever à 167 mètres avec l’installation de la flèche, mais celle-ci ne fut jamais montée. Cette tour est l’emblème de Malines.

La tour St. Rombouts vue du Grote Markt de nuit Myriam Thys | cms

Grimper à son sommet est un must, en particulier juste avant le coucher du soleil. Lorsque vous aurez grimpé les plus de 500 marches, vous aurez peut-être la chance de voir le carillonneur dans ses œuvres. Et arrivé au sommet, sur la passerelle, vous pourrez voir jusqu’à Bruxelles : par temps dégagé on voit se dessiner l’Atomium dans l’horizon rouge. C’est aussi à la tour Saint-Rombaut que les habitants de la ville doivent leur surnom de « Maneblussers » (« éteigneurs de lune »). En 1687, les habitants ont été pris de panique : croyant la tour en feu, il se sont précipités à l’intérieur armés de sceaux d’eau. Mais il ne s’agissait en fait que du reflet de la lune dans la brume. Ce surnom un brin moqueur subsiste depuis près de quatre siècles.